Voyage Tour du Monde Loladel
Voyage_Tour_du_Monde_Profile_Equipe
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Delphine
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Laurent
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Projet_Itineraire
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Articles_Photos_Videos
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Rencontres
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Cuisine_du_Monde
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livres de Voyage
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Actions_Volontariat_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Actuels
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Prives
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Prives
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Sites et liens amis
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Argentine_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Argentine_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or








Buenos Aires

L'Expédition / Amerique du Sud / Argentine / 'Buenos Aires'

Retour Page Argentine

Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !

In English

Après deux mois passés au Brésil et une dernière semaine folle folle folle pour le Carnaval de Rio, nous arrivons un peu fatigués en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes tout de même contents de bouger et de découvrir un pays que nous ne connaissons pas, et aussi très excités de séjourner à Buenos Aires, cette ville dont on a tant entendu parler. La capitale du tango, de l’art, du design et de la viande de bœuf grillée a beaucoup d’atouts pour nous séduire !


A notre arrivée, nous avons rendez vous avec Matías, un ami d’une bonne amie du lycée (oui, toi, Anaïs), que nous avions déjà rencontré en 2005 et hébergé à Londres quand il faisait un tour d’Europe latine.


Matías nous accueille chez lui comme des rois, et nous sommes tout autant surpris qu’heureux de découvrir ce RDC de plus de 80m2, avec chambre, cuisine, sdB et cour - pour nous tout seul ! Matías loue normalement cette partie de maison, mais pour l’occasion nous l’a gentiment prêté. D’ailleurs, si pour le coup ca vous dit de la louer (on vous le recommande !), faites nous signe sur loladel@hotmail.co.uk, et on vous mettra en contact avec Matías.


Nous nous sommes donné 10 jours pour découvrir la capitale, travailler un peu, et préparer notre prochaine étape : 3 semaines d’aventure dans le sud du pays, la Patagonie.

Buenos Aires, une capitale à l’européenne


Les guides ne se sont pas trompés. A première vue, on se croirait en Europe, dans une grande capitale faite de grandes artères, d’immeubles vieux et modernes, de grands magasins, de parcs fleuris et d’une population à écrasante majorité blanche.


Comme nous avions dû nous adapter à la transition Afrique-Brésil, nous avons aussi dû nous faire à la transition Brésil-Argentine, ou plutôt Brésil-Buenos Aires, car nous verrons plus tard qu’en Argentine, il y a Buenos Aires … et le reste.


Nous débarquons dans la ville avec notre bonne dégaine de routard : pantalons treillis, tatanes, tee shirts sales, des gros sacs à dos et les yeux fatigués, et on se rend vite compte en marchant dans la rue que nous sommes légèrement en décalage. Les porteños (les habitants de Buenos Aires), en totale opposition avec les brésiliens, aiment bien se fringuer et montrer leur exubérance. Les hommes sont en pantalon chemise, les femmes élégantes, bien coiffées, avec sur le nez des grosses lunettes de soleil Dior ou Gucci. Fini les torses nus et les bikinis dans la rue !

Niveau métissage, on n’en voit pas beaucoup. Tout le monde est blanc, et ce n’est que très rarement que l’on croise un noir ou un typé indien. Les colonisateurs, il y a 3-4 siècles, ont tout terrassé sur leur passage et ce n’est que loin dans le pays que nous pouvons trouver des descendants de civilisations indiennes. Mis à part bien sûr les espagnols, on croise beaucoup de descendants italiens, qui sont venus en masse et qui ont beaucoup influencé sur les modes de vie locaux (au plus grand plaisir de Delphine, la pizza est le second plat de la ville après la parilla).

L’architecture de la ville est très européenne. On a retrouvé dans Buenos Aires du Paris (immeubles haussmanniens du quartier de Recoleta), du Londres (Palermo comme Spitafiled pour le design, Corrientes comme Oxford Street pour le shopping), du New York (Corrientes, le Broadway argentin !), Marseille (la rue marchande piétonne Florida, comme a St Ferréol), et du Madrid (les terrasses, les petites places, l’Avenida Mayo). Un petit clin d’œil pour notre amie lectrice Monique : désolé, nous n’avons pas trouvé d’Amiens !!


Entrecoupées par nos heures de travail pour le guide de voyage, nous avons passé beaucoup de temps à découvrir cette immense ville, et sommes vite tombés dans le tourbillon des milles et une visites de ses musées, salles de concert, magasins et différents quartiers touristiques :



* San Telmo                      * La Boca

* El Centro                        * Recoleta

* Palermo                         * Avec Matias, et à la 'casa chorizo'

A la pizzeria avec Matias et Violeta

Recoleta


Dans les rues de Recoleta, on se croirait en plein Paris. Grands immeubles haussmanniens, parcs fleuris, et banques BNP Paribas … tout est là pour qu’on y croit !


Nous avons adoré la visite du cimetière du quartier, où reposent des impressionnants mausolées et caveaux familiaux. Comme de véritables maisons, les mausolées sont imposants par leur taille et parfois laissent étrangement entrevoir leurs cercueils entreposés à l’intérieur…

Palermo


Le quartier de Palermo est juste à côté de chez nous, et nous nous y sommes baladés à plusieurs reprises. C’est un quartier résidentiel très animé par ses nombreux restos, bars, squares et boutiques de fringues. Ici, c’est plutôt tendance et on rencontre beaucoup de bobos un peu friqués.


Beaucoup de restos se sont lancés dans la nouvelle cuisine ou la cuisine du monde, et font payer leur originalité sur l’addition. Si un jour vous êtes de passage dans le quartier, allez manger à Baraka, un resto de cuisine alternative très sympa aux portions très généreuses. Le proprio, un pote à Matias, nous a régalés le temps d’un déjeuner. Demandez à Delphine si elle se souvient du gâteau au chocolat. A la fin du repas, elle confiera même au chef que son gateau est … meilleur que le sien !


Palermo est aussi à visiter le dimanche. Marchés artisanaux, boutiques design de fringues et déco, c’est un peu le Spitafiled de Londres, mais en mieux ! Buenos Aires est LA ville du design, et Palermo son hall d’exposition…

Après avoir allumé des bougies et prié pour nos familles dans la chapelle d’à côté, nous nous sommes rendus au fameux musée des Beaux Arts, qui abritent les plus grandes collections de peintures d’Amérique du Sud. Le RdC est dédié aux peintres européens et le premier étage aux peintres argentins. Un véritable régal. J’ai personnellement un faible pour un peintre argentin, Xu Solar. Voir notre rubrique ‘Art et Culture Best Of

El Centro


Le centre ville de Buenos Aires a toutes les caractéristiques d’un centre ville de capitale : des embouteillages, du bruit, des trottoirs bondés, du bruit, et encore du bruit. Après une balade dans le Centro, on est crevés, et souvent pressés de rentrer au calme à la maison.


Le centre est traversé par l’avenue la plus large du monde, l’avenue du 9 Juillet, qui comporte jusqu'à 16 voies de voitures ! L’avenue est très animée sur les côtés, et si ce n’est pour le grand obélisque qui git en son milieu, il faut aller la voir et visiter le fameux théâtre Colon, un des opéras les plus réputés du monde (malheureusement en rénovation jusqu’en 2010).

La place de Mayo est la place historique de la ville, l’âme de la capitale, là où se sont déroulés de nombreux événements clés de son histoire. C’est le premier endroit où les espagnols se sont installés, à quelques kms du Rio de la Plata, lors de leur arrivée sur ces nouvelles terres hostiles. C’est là aussi que s’est formé le premier gouvernement du pays en 1810, et aussi là que les Perons haranguaient les foules depuis le balcon de leur casa rosada. Sur la place, aussi, une basilique qui vaut vraiment le coup d’être visitée. A l’intérieur, 14 chapelles abritant toutes des saints, adorés par les porteños qui viennent régulièrement les voir pour prier et se recueillir.


A part ces monuments principaux, franchement rien de bien exceptionnel à visiter. Les rues marchandes sont tout le temps bondées et partout ça se bouscule dans tous les sens. Le quartier des affaires est peuplé de costards cravate, tailleurs et talons hauts. Un monde que nous connaissons bien mais que nous avons volontairement décidé d’oublier !

St Telmo


St Telmo est un quartier un peu trop touristique à mon gout, mais vaut quand même le coup d’être visité. Le dimanche, une énorme brocante et défilé d’artistes, qui en peignant, dansant et faisant de la musique attirent des foules de touristes et de promeneurs du dimanche. L’architecture par contre est authentique. St Telmo était l’ancien quartier chic de la ville, ou vivaient bourgeois et aristocrates dans des immenses maisons coloniales. Suite à des épidémies ravageuses de fièvre jaune, le quartier a été soudainement délaissé. Les habitants ont fui vers les nouveaux quartiers riches, Recoleta ou Palermo, et les immenses maisons, abandonnées. Aujourd’hui, même si elles ont beaucoup vieillies avec le temps, ces maisons restent imposantes et étonnantes à regarder, car en contraste total avec le quartier d’à côté, le Centro et ses buildings hauts et modernes. Le quartier est maintenant devenu très bohème, artiste, et abrite de nombreuses boites à tango (très touristiques cependant).

Un métisse en face de la casa rosada

Au resto 'Baraka', avec German et Matias

Avec Matias, et à la casa chorizo


Notre hôte Matias s’est bien occupé de nous. En plus de nous avoir prêté son appartement grand luxe, il nous a aussi fait découvrir quelques coins de la ville et nous a donné de nombreux conseils pour éviter les pièges à touristes. Rien de mieux que de visiter la ville sous les conseils d’un de ses habitants !


Le premier week end, Matias a organisé un asado (BBQ argentin) sur son énorme terrasse-toiture. Au menu viandes braisées, la fameuse parilla argentine, autour d’une bonne table, du vin du pays et tout son groupe de potes. Un régal ! La soirée a été couronnée par un gâteau surprise au duce de leche, acheté par Delphine, pour mon anniversaire le 1er Mars! Nous avons ensuite fini en boite de nuit, au Coco Lyche. J’ai personnellement adoré, j’étais tout excité de retrouver l’ambiance clubbing undergound de Londres qui m’aura tant fait vibrer !

La Boca


La Boca est un quartier populaire au sud de la ville, au bord d’un fleuve et d’une embouchure où se sont entassées de nombreuses usines maintenant désaffectées. Pas loin de ce coin sale et pollué, un petit quartier touristique fascinant: Caminito. Ce coin doit d’ailleurs être le plus touristique de la ville : magasins de souvenirs, démonstrations de danses en terrasse, photos souvenirs avec des locaux costumés, peintres de portraits à la Montmartre … bref, ce qu’on appelle avec Delphine ‘Touristland’. Mais malgré ce côté artificiel se cache tout de même un quartier au charme indéniable, aux allures de village, qui garde encore toute son authenticité et nous intrigue par son histoire…

 

Dans cet endroit autrefois touché par les inondations, les habitants s’étaient habitués à vivre dans de petites maisons précaires faites de tôle et de bois, parfois même installées sur pilotis. Le quartier, qui ressemblait alors à un bidonville pauvre et grisâtre, s’est vu revivre un jour, quand un jeune habitant du coin s’est mis à peindre des maisons de toutes les couleurs. Du rose, du jaune, du vert, du bleu… des couleurs aux tons clairs et bien pétantes qui ont fait sortir le quartier de sa tristesse. Suivant l’initiative du jeune peintre, les habitants se sont mis à peindre leurs maisons de la même façon, et petit à petit ont transformé le quartier pour lui donner le charme qu’il a encore aujourd’hui.

Crêpes et cidre party à la casa!

La semaine, avec Matias et Violeta sa copine, nous sommes allés voir un concert de tango hard alternatif, ca a déménagé ! La salle était comble et avec son ambiance sombre et ses grands luminaires pendants, on aurait dit une salle de boxe un soir de grand match.


Matias nous a ensuite baladés en voiture by night autour de Puerto Madero et du Centro, en nous racontant diverses anecdotes sur les lieux et leurs histoires. La soirée s’est terminée autour d’une bonne glace au dulce de leche, à 2 heures du mat dans un glacier du quartier Bergano.


Un autre soir, après une partie de foot avec ses potes, nous sommes allés manger une parilla dans un resto populaire. La viande fondait dans la bouche, on s’est encore une fois de plus régalé. L’asado se mange toujours en famille ou entres amis, comme le veut la tradition.

Enfin, pour notre dernier soir, nous avons invité Matias et Violeta dans une pizzeria. Nous avons découvert à l’occasion une pizza aux épinards et à la sauce … béchamel. C’était bon, mais bien bourratif. La prochaine fois, je pense que je m’en passerai.


Apres la pizzeria, Violeta et Matias nous remettent à tour de rôle un petit tas d’affaires chaudes qu’ils avaient gentiment mis de côté, en préparation pour notre périple en Patagonie !


Il est vrai que les argentins nous ont souvent semblés froids et peu accueillants, mais Matias et Violeta, de leur côté, nous ont accueillis comme des rois et nous ont comblés par leur générosité !  Grâce à eux nous avons adoré notre passage à Buenos Aires, et repartons avec de superbes souvenirs…

Laurent

Baignoire party à la casa!

Du Hausmann a Recoleta

Du 26 Fev au 12 Mars 2009 et du 02 au 06 Avril 2009