Voyage Tour du Monde Loladel
Voyage_Tour_du_Monde_Profile_Equipe
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Delphine
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Laurent
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Projet_Itineraire
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Articles_Photos_Videos
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Actions_Volontariat_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Rencontres
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Cuba_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Cuba_Home

Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !

Retour page principale Cuba

Trinidad: ville classée au patrimoine de l’Unesco

L'Expédition / Amerique Centrale / Cuba / 'Trinidad'

Retour haut de page

Nous sommes arrivés à Trinidad, un matin du 12 août, après avoir passé 2h00 dans une sorte de camion ferme où on bourre les gens et leurs sacs jusqu'à plus d’air pour respirer. Les touristes n’y ont pas droit, c’est uniquement pour les cubains et les étudiants qui insistent beaucoup. Très chanceux nous étions assis sur l’unique banc en bois et une cinquantaine de gens étaient debout, notre unique vue était le ventre énorme d’une cubaine à moitie endormie, debout, se tenant d’une main à la barre pour ne pas tomber. Et pourtant, toute la région qui entoure Trinidad est magnifique, il y a en effet, un parc naturel, des montagnes aux multiples cascades, et c’est surtout la région de la canne à sucre.


Après 2h00 de recherche dans les rues pavées et colorées de Trinidad, nous avons eu la chance de séjourner dans une magnifique maison coloniale aux hauts plafonds, il y a beaucoup d’espace, les quelques meubles et les chaises à bascules typiques, une grande cuisine et une petite terrace, avec une table à manger et un très bel avocatier qui fait de l’ombre sur les nombreuses chaises à bascules.

Dès notre arrivée nous serons agréablement surpris par la beauté de cette ville, fondée par un certain Velasquez de Cuellar en 1514. Au 17eme siècle, la ville est connue pour être un refuge de pirates et de contrebandes ou esclaves et marchandises étaient introduis en fraude depuis la Jamaïque. Au début du 19 eme siècle de nombreux exilès français (de Haïti) mirent sur pieds de nombreuses petites sucreries dans la vallée de Los Ingenios et c’est de cette période là que témoigne le décor architecturale de la ville. Elle possède de nombreuses églises, de très jolies places (comme la Place Major), et nous aimons beaucoup déambuler dans les ruelles au son des calèches à droite à gauche et surtout apprécier les différentes couleurs des maisons qui souvent ont été restaurées (surtout dans le centre) et qui sont magnifiques. Bien souvent les habitants ont leur porte et leurs fenêtres ouvertes et nous pouvons discrètement admirer leurs salons avec leurs chaises à bascules ou leur cour intérieure.

Le centre est tous les jours très vivants grâce à son marche pour les touristes ou les dames brodent et vendent de superbes nappes, chapeaux, sacs et robes faites à la main, c’est la spécialité de Trinidad.

Nous visiterons un très beau musée, à côté de la Place Mayor, le musée historique de la ville. Ce musée a été aménagé dans la somptueuse demeure de la famille Borrell (1827-1830) qui devint ensuite la maison d'un planteur allemand (Canterro). Ce monsieur fit l'acquisition de vastes plantations de cannes à sucre en empoisonnant un vieux cubains et en épousant sa veuve qui aussi mourut très vite. La décoration néoclassique des pièces reflète bien cette fortune mal acquise. Du haut de la tour nous avons une superbe vue sur Trinidad !

Ce que l’on aime le plus à Trinidad, c’est se balader dans cette longue rue qui mène à la Boca et où beaucoup de cubains vendent leur mangues, avocats, viandes, beurre de cacahuètes, c’est surtout la plus populaire, la plus vivante et celle où on trouve le moins de touristes. Il faut savoir que tous les jours des dizaines de cars remplis de touristes en provenance de la Havane ou de Varadeiros (ce que j’appelle les touristes d’un jour) viennent en visite pour la journée dépenser énormément d’argent sans même savoir ce que représente  un peso cubano.


Car en effet, à mon gout, l’industrie du tourisme a tué l’âme de celle ville sublime. Ce qui fait l’âme d’une ville c'est aussi la population. Il n y a pas une journée où nous n’avons pas été sollicités, pour du savon, du parfum, des stylos, de l’argent ou toute sorte de sorties pour les touristes ou cigares vendus au marché noir.

Même les petits gâteaux ou autre gâteries en peso cubano sont plus chers à Trinidad.


Pour ceux qui aiment la musique Trinidad est une véritable ville qui bouge, ou les concerts ne manquent pas, tous les soirs il y a de nombreux concerts en plein air juste devant la casa de la musica mais aussi dans de nombreux autres endroits et de façon très accessible (juste en consommant ou pour 1 CUC).

Enfin, à 5km la petite bourgade de la Boca, avec sa petite plage fait le bonheur de beaucoup de cubains et de touristes comme nous. L’eau toujours très belle est bien chaude, il y a de nombreux stands à pizzas et à glace, mais aussi de bière (à 3 pesos cubano, du jamais vu !). De nombreux centres de vacances avec piscine pour cubains sont installés la, et l’endroit est plein à craquer de cubains en vacances. Un peu plus loin, à une dizaine de km, les plages d’Ancon sont superbes, palmiers, sable fin et eau turquoise, rendent l’endroit magnifique.

Delphine