Voyage Tour du Monde Loladel
Voyage_Tour_du_Monde_Profile_Equipe
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Delphine
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Laurent
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Projet_Itineraire
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Articles_Photos_Videos
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Actions_Volontariat_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Rencontres
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Mexique_Home

Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Mexique_Home




Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !

Retour page principale Mexique

Retour haut de page

Les civiliations prehispaniques du Mexique

L'Expédition / Amerique Centrale / Mexique / 'Les civiliations prehispaniques du Mexique'

Avant que les Espagnols débarquent sur le continent américain à la fin du XVème siècle, se sont succédées au Mexique de nombreuses civilisation indiennes. L’histoire, la culture et la complexité de leurs rites et religions ont donné beaucoup de travail aux archéologues et historiens, qui depuis plus de 500 ans continuent de percer les plus profonds secrets de ces civilisations anciennes.


De nombreux sites archéologiques ainsi que des musées témoignent aujourd’hui du passé de ces civilisations, et c’est avec une grande excitation que nous sommes partis les explorer !!


Nous avons commencé notre périple à Mexico, la capitale du Mexique d’aujourd’hui mais aussi celle du fameux empire Aztèque. Pas loin de là, nous sommes allés visiter l’impressionnant site de Teotihuacán, le premier véritable empire mexicain qui a atteint son apogée vers les années 400 après JC. Ensuite, nous sommes partis vers l’est du pays,  direction le Yucatan, pour découvrir l’histoire d’une autre civilisation très connue, celle les Mayas.


Dans cet article nous vous ferons partager nos découvertes et nos nouvelles connaissances en vous décrivant brièvement l’histoire des civilisations principales préhispaniques mexicaines ponctuée de quelques anecdotes. En aucun cas nous avons la prétention d’écrire ici un texte complet et exact. L’histoire de ces civilisations est passionnante, mais TRES complexe et sujette à de nombreuses interprétations. Désolé donc pour les imperfections ou le manque d’information. Au moins peut être cet article vous donnera envie d’en savoir plus et de vous procurer des ouvrages plus complets !


Petit repère historique pour ne pas trop s’y perdre :

  



CHAPITRES :

  

Teotihuacán, le berceau des civilisations préhispaniques mexicaines


Teotihuacán est probablement la capitale du premier grand empire préhispanique au Mexique. Avant Teotihuacán, les différentes tribus indiennes vivaient principalement en autarcie sans encore partager leurs biens et leur culture. Petit à petit les tribus se sont rencontrées, se sont influencées les unes les autres, et ont commencé à développer des pratiques et des croyances communes. De là se sont créés des centres d’échanges commerciaux et de culte, comme à Teotihuacán.


Teotihuacán n’était vers l’année zéro qu’un petit village. Bien placé dans une vallée fertile et abondante en ressources naturelles, le village s’est très vite développé pour devenir ensuite la plus grande citée de la Mésoamérique, abritant à son apogée plus de 125 000 personnes. Idéalement placée, la ville a été choisie et conçue comme le lieu d’origine de l’univers, un lieu donc sacré qui deviendra le plus grand centre religieux de l’époque. Le site est notamment connu pour sa Pyramide du Soleil, la troisième pyramide la plus grande  au monde !

Bien que la culture Olmèque précède celle de Teotihuacán (avant JC), c’est bien cette dernière civilisation qui va créer une première véritable cohésion entre les peuples du Mexique, et surtout influencer tous ses successeurs notamment en terme de religion.


La puissance de Teotihuacán déclinera vers les années 700, victime d’autres tribus voisines conquérantes. Laissée à l’abandon pendant plusieurs siècles, Teotihuacán fut redécouverte par les Aztèques et considérée comme un lieu de pèlerinage sacré. Selon leurs croyances, Teotihuacán était l’origine du 5ème monde, le lieu où le soleil s’est levé pour permettre à la vie et à l’homme de renaitre. Pour plus de détail à ce sujet, voir le chapitre sur les Aztèques.

En arrivant sur le site, nous sommes impressionnés par la vue des deux pyramides. Elles sont à plus d’un kilomètre d’où nous sommes, mais déjà imposent au milieu de ce grand espace entouré de vert et de montagnes. Devant nous, la grande Avenue des Morts, l’artère principale de la cité et longue de deux kilomètres. De part et d’autre, des ruines d’anciens temples et de bâtiments administratifs dont il ne reste pas grand chose. On se précipite pour rejoindre le centre du site et son musée, afin de nous instruire et de donner sens à tout ce que nous voyons autour de nous !


Malgré les groupes d’américains qui hurlent pour parler, nous passons deux heures très intéressantes à découvrir tous les trésors que possède le musée de Teotihuacán. Le musée est aussi très bien documenté, et très vite nous nous plongeons dans l’univers magique de ce premier empire préhispanique. Les objets retrouvés sur le site, ainsi que les sculptures, fresques et tout autre élément décorateur ou religieux, témoignent de la richesse et de la complexité de cette ancienne civilisation. Les dieux sont omniprésents et représentés avec de nombreux symboles, souvent empruntés de la faune et de la flore.

J’ai personnellement un penchant pour le serpent à plumes, représenté sur de nombreux objets et dont un temple entier a été dédié dans la cité. Il est aussi le symbole du dieu principal de la civilisation de Teotihuacan, Quetzalcóatl, qui se retrouvera aussi plus tard chez d’autres civilisations préhispaniques, comme par exemple les Aztèques. Le temple est grandiose. Toutes ses faces ont étés peintes et ornées de sculptures représentant le serpent à plumes et une autre figure interprétée comme étant celle du dieu éclair. On imagine dans cette ambiance très mystique les cérémonies religieuses, les rituels et sacrifices qui ont eu place ici !!


Dans le musée, nous pouvons aussi apprécier une énorme maquette de l’ancienne citée qui couvrait plus de 20 km2 de constructions. Les ruines que nous avions vues avant d’entrer dans le musée prennent maintenant sens, et nous acquérons ici une vision globale de tout Teotihuacán.

Façade sculptée du temple du serpent à plumes

Après le musée, on s’attaque à la Pyramide du Soleil, tout d’abord en longeant ses 220 mètres de côté puis en escaladant ses 70 mètres verticaux et ses 248 marches. Delphine est un peu fatiguée, et ce n’est pas sans peine que nous arrivons à son sommet pour profiter d’une vue panoramique extraordinaire. Nous sommes au centre du monde!! Les archéologues et historiens ont pu affirmer l’importance sacrée de la pyramide grâce aux éléments suivants : la pyramide est orientée vers l’ouest (dans le sens de la trajectoire du soleil), une cave a été construite à sa base (symbole de l’origine, mais aussi lieu de rituels pour communiquer avec les dieux qui sont sensés y habiter), et des squelettes d’enfants ont été retrouvés à ses 4 coins (sacrifiés pour le dieu éclair).

Du haut de la pyramide du Soleil, nous avons aussi une vue prenante sur la Pyramide de la Lune,  moins haute mais à notre gout plus sexy, mieux proportionnée.

Nous passerons en tout 5 heures sur le site, à se balader entre les ruines, les pyramides et les vendeurs ambulants (il nous a semblé ce jour ci qu’il y avait plus de vendeurs que de touristes !). Nous finirons par le musée de la pintura mural, légèrement en dehors du site, où ont été reconstituées des peintures murales de Teotihuacán. Ce musée est à ne pas manquer !! Les peintures sont magnifiques et une fois expliquées passionnantes par leurs significations.


Quelques jours plus tard, nous nous replongerons dans l’univers de Teotihuacan grâce au musée de l’Anthropologie à Mexico, aussi à ne surtout pas manquer…

Mexico City, Les Aztèques


Il n’a pas fallu que l’on aille très loin pour rentrer dans le monde aztèque, puisque le centre de ce dernier était situé à 200 mètres de notre hôtel ! Sur le Zócalo d’aujourd’hui, la place centrale du centre historique, a été érigé un énorme aigle doré, le symbole de tout le pays mais aussi de la création de la ville de Mexico par les Aztèques.


Retour en arrière…

  

  1. L’histoire


On ne sait pas exactement d’où viennent les Aztèques (aussi appelés les Mexica), mais on sait que leurs aïeux, nomades et quelque peu barbares, ont marché de village en village pendant plus de 200 ans pour arriver jusqu'à un lieu sacré, le futur centre de leur empire. Vers 1325, un groupe d’Aztèques est témoin d’une scène qui leur parait surréelle : un aigle, perché sur un cactus, tue dans son bec un serpent. Les Aztèques voient dans cette scène un signe des dieux. C’est ici même qu’ils doivent enfin se poser et fonder leur ville : Mexico – Tenochtitlán.

L'aigle du Zocalo

Laurent

A cette époque la vallée était inondée par un lac, et l’endroit où la ville a été fondée était en fait une île. Difficile d’imaginer qu’elle deviendra plus tard la 2ème ville la plus grande du monde !


Grâce au fascinant musée de l’Anthropologie de Mexico, nous avons pu apprendre beaucoup sur l’histoire des Aztèques. J’ai été personnellement impressionné par ce long parchemin, dit codex, écrit de la main de ces derniers et racontant en dessins leur périple de 200 ans qui les mènera jusqu'à la fondation de Mexico - Tenochtitlán. Sur leur chemin on les voit créer des alliances, faire la guerre, sacrifier, influencer, puiser chez les uns et les autres croyances et rituels qui forgeront plus tard leur propre identité. Le parchemin utilise aussi un système de glyphes qui a permis aux historiens de dater les événements. Impressionnant !

B) Visite du Temple Mayor à Mexico


Pendant la visite des ruines du Temple Mayor, nous nous sommes rendu compte de la richesse culturelle du centre historique de la ville moderne de Mexico. C’est bien ici que les Aztèques ont construit le Teocalli, ou le plus grand centre cérémonial et religieux de l’époque. Les espagnols suite à leur conquête ont comme d’habitude voulu tout détruire pour reconstruire et imposer leur culture et leur puissance. Ils n’ont pas bien fait leur travail, car en 1978, des électriciens tombent par hasard sur un disque en pierre gravé de 8 tonnes datant du temps des Aztèques !


De là est décidé de procéder à de plus amples fouilles, qui mèneront à l’excavation de tout un temple : le Temple Mayor, considéré comme ayant été construit exactement là où les Aztèques ont vu leur aigle symbolique. S’en est suivi un travail immense d’archéologues, historiens, linguistes et autres professionnels, qui ont pu grâce à ce projet récupérer une quantité innombrable d’éléments leur permettant de retracer et de mieux comprendre une partie de l’histoire des Aztèques.

Bien que les ruines visuellement ne ressemblent qu’à des ruines (ah bon ??), le site est bien documenté et il est impressionnant de se promener à l’intérieur de ce qu’a été jadis le centre sacré de tout un empire !


Nous apprenons que le temple principal été reconstruit (ou plutôt élargit) 7 fois. Les nouveaux souverains pour imposer leur puissance et leur domination ont petit à petit élevé en dimension la pyramide sacrée, en sacrifiant au passage des milliers d’hommes pour nourrir et satisfaire leurs dieux. Aussi le temple est érigé au centre de l’univers, entre ciel, terre et souterrain, également au point convergent des 4 directions de l’univers aztèque. Le temple ne pouvait donc pas être déplacé.

Tenochtitlán au temps des aztèques

Laurent et le disque de Coyolxauhqui

Le serpent à plumes dans les ruines

Le temple a été conçu pour rendre hommage aux deux dieux les plus puissants de la cosmologie aztèque : Tlalóc, le dieu de l’eau ou de l’agriculture, et Huizilopochtli, le dieu de la guerre.



Nous sommes aussi impressionnés par la Casa de las Aguilas (La Maison des Aigles), un bâtiment voisin du Temple Mayor où se déroulaient des cérémonies de sacrifice. Devant le temple, deux gardiens dont nous verrons des reproductions dans le musée du site : Mictalentecuhitli (ouf !), le dieu de la mort, et un autre compère déguisé en aigle. Dans la salle principale, on peut encore voir sur les murs de nombreuses gravures illustrant des scènes cérémoniales. De nombreux objets et restes humains, des brasiers, des sculptures, des offrandes, ont été déterrés ici. Grâce à ces objets l’ambiance des cérémonies a pu être reconstituée. Freaky !!


Le musée du Temple Mayor, construit sur 4 étages, est une source abondante de pièces historiques trouvées sur le site même du temple Mayor. A ne surtout pas manquer !

Coupe sur le Templo Mayor

C) Quelques traits de la civilisation aztèque


Encore une fois sachez que la civilisation aztèque, tout comme toutes les autres civilisations préhispaniques de la Méso-Amérique, est très complexe. L’histoire, les mythes et légendes se mélangent, se contredisent, les croyances et religions sont sujettes à interprétation etc etc… Les Espagnols ont presque tout rasé et décimé (monuments, objets, hommes), et ce n’est qu’à partir de très peu de choses que les historiens et anthropologues ont pu retracer les  traits de cette civilisation.

 

Même si celles-ci sont passionnantes, je ne conterai pas ici l’histoire et légendes des dieux aztèques, comme Huizilopochtli, ‘cousin’ de Quetzalcóatl le fameux serpent à plumes, ou Coyolxauhquy, sa sœur qu’il a décidé d’exterminer à sa naissance pour chasser les étoiles de la nuit et faire apparaitre le soleil … Trop compliqué !

Un des gardiens de la Casa de las Aguilas: Mictalentecuhitli

Un des gardiens de la Casa de las Aguilas: le guerrero aguila

Le dieu Tlatloc

Les Aztèques aimaient aussi afficher leur puissance dans l’art et la grandeur de leurs constructions. Les temples étaient ornés de multiples sculptures et gravures colorées, de peintures murales dépictant scènes concrètes ou symboliques ou faisant hommage à tel souverain ou tel dieu. L’architecture Aztèque, bien qu’influencée par les civilisations précédentes, est particulièrement remarquable quand on pense que Mexico a été fondée sur un lac et des sols très marécageux.


Je ne peux m’empêcher de m’émerveiller à chaque fois que je regarde le Teocalli, le centre religieux et cérémoniel du centre de Mexico. Quelle beauté ! Peut être un beau projet pour notre Chatelet à Paris ? Je garde cette idée en tête jusqu’à mon retour en France…

Les Aztèques étaient de puissants guerriers. Déjà avant de fonder leur empire, ils vendaient leurs services aux souverains de l’époque, et n’hésitaient pas à ramener comme preuve de victoire 8,000 paires d’oreilles! Leurs techniques étaient en effet un peu barbares… Imaginez tout un troupeau d’Aztèques vêtus de combinaisons en peau de puma et de masques d’aigle s’élancer vers vous avec leurs lames en obsidienne …


Peu après la création de leur ville, ils se sont associés à certains voisins, créant la « Triple Alliance », pour mieux vaincre et agrandir leur empire. Ils pratiquaient aussi un système de ‘tribut’, ou de taxes qu’ils prélevaient sur les peuples conquis, ce qui leur permettait de s’enrichir et de se procurer des produits qu’ils ne pouvaient produire.


Tout comme la civilisation toltèque qui les a précédés (et beaucoup influencés), les Aztèques pratiquaient les sacrifices à outrance. Les sacrifices faisaient partie intégrante de nombreux rituels religieux. Le sang versé ainsi que les cœurs arrachés se transformaient en énergie divine et cosmique et s’offraient aux dieux pour qu’ils continuent à permettre à la vie d’exister, et notamment au soleil de continuer à se lever tous les jours. Les victimes de sacrifices pouvaient être des prisonniers de guerre, des enfants, ou des perdants de ‘jeux’ tels le jeu de balle ou le combat gladiateur… Les méthodes de sacrifice étaient variées - pendaison, crémation, noyade - et dépendaient du dieu auquel on consacrait les victimes ainsi que du rituel, mais la forme la plus fréquente était la cardiectomie (extraction du cœur) et se pratiquait sur une victime encore vivante, à l'aide d'un couteau d'obsidienne ou de silex.


Les sacrifices humains étaient devenus tellement une obsession chez les Aztèques que ces derniers organisaient des guerres non pas pour des fins politiques mais pour amasser le plus de prisonniers possibles puis de les sacrifier !

D) Chute de l'Empire


1519, Cortes le Conquistador débarque sur les côtes Est du Mexique, dans le Yucatan à quelques centaines de kilomètres de l’île de Cuba. Très vite il arrive dans le Golfe du Mexique, puis débarque et s’installe dans la ville de Veracruz.


Moctezuma, le roi Aztèque a cette époque en place à Mexico-Tenochtitlán, entend parler de cet homme blanc poilu aux allures bizarres et qui se déplace sur des tours flottantes. Une comète passe dans le ciel, un éclair tombe sur un temple, Moctezuma voit dans ces présages un signe des dieux. Cortes n’est il pas en fait le dieu Quetzalcóatl, de retour de son exil justement prévu cette année par le calendrier aztèque ??! Décision dure à prendre me diriez vous, mais toujours est il que le roi Aztèque décide d’inviter Cortes dans Mexico et le reçoit comme un dieu…


Quelques mois après, les conquistadors commencent à se battre et imposer leur puissance. Ils sont rejetés une fois de la ville, mais très vite y reviennent aidés par des tribus indiennes ennemies des Aztèques, pour triompher et s’emparer officiellement de la ville.


Comme dans tous les pays conquis, les Espagnols se mettent au boulot et commencent leurs campagnes de destructions massives. Bientôt le Teocalli n’existe plus et le projet de la grande cathédrale s’amorce. Mexico devient la capitale de la Nouvelle Espagne. Les aztèques meurent peu à peu, ravagés notamment par la variole et d’autres maladies importées par les espagnols. La population totale du centre du Mexique a il parait diminué de 80 % en une soixantaine d’années !

En haut, des offrandes comprenant un véritable crane humain poignardé. En bas, les lames de sacrifice en obsidienne

Le Teocalli, centre religieux des Aztèques au cœur de Mexico - Tenochtitlán

Les Mayas


A suivre prochainement...

La fameuse Piedra del Sol, pleine de symboles illustrant la complexe cosmologie aztèque

Un 'chac mool', retrouvé dans le Temple Mayor, avec dans ses mains un récipient destine à recevoir les cœurs des victimes sacrifiées