Voyage Tour du Monde Loladel
Voyage_Tour_du_Monde_Profile_Equipe
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Delphine
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Laurent
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Projet_Itineraire
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Articles_Photos_Videos
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Rencontres
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Cuisine_du_Monde
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livres de Voyage
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Actions_Volontariat_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Actuels
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Prives
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Prives
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Sites et liens amis
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_TransPacifique_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_TransPacifique_Home

Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !

Retour page principale Trans-Pacifique

Chapitre 16 : La Perle Noire de Tahiti

L'Expédition / Trans-Pacifique / 'Chapitre 16 :

Retour haut de page

juin 2010

Des iles marquises aux iles australes il n’y a pas une femme ou une demoiselle qui ne porte pas une perle noire de Tahiti!

Les nacres et les perles sont les principaux bijoux vendus en Polynésie française.


Il est très intéressant de visiter les fermes perlières (nombreuses aux Tuamotu et aux Gambier), ceci pour comprendre comment se forment les perles noires.


Nous avons visité deux fermes à Fakarava et une ferme à Ta’haa, ainsi que le très beau musée de la perle à Tahiti (créé par R.Wang, homme d’affaire qui a fait fortune dans la perle).

  

Une ferme perlière à Fakarava

  

Les éleveurs de nacres (huitres) dans les Tuamotu et les Gambier font grandir pendant trois ans les huitres. Elles commencent à 10mm (2 mois et demi) et peuvent atteindre jusqu'à 60mm en deux ans puis 100mm en trois ans.




Au bout de trois ans les huitres élevées dans les parcs sont prêtes à être greffées. Beaucoup de fermes perlières à Moorea, Ta’haa (dans les iles sous le vent) les achètent car elles ne peuvent pas les élever elles-mêmes.

  

Ensuite, les fermes emploient des personnes pour greffer les huitres. Avant cette opération, elles subissent un jeun de plusieurs jours qui ralentit leur métabolisme et diminue les risques de rejets de la greffe.


Le greffeur va insérer deux choses dans l’huitre :


Le greffeur pratique une incision dans la gonade de l’huitre, introduit le morceau de manteau et le noyau puis masse le corps de l’huitre afin d’accélérer la cicatrisation.

  

Le greffon et le nucleus

Decoupage du manteau pour former le greffon

Une greffeuse, ferme de Tahaa

La moule du Japon pour former le nucleus

Une fois la greffe réalisée les huitres sont ensuite attachées sur des cordes les unes aux autres, puis placées dans des cages qui les protègent des poissons et autres mollusques. Elles se trouvent au minimum a 7m au dessous du lagon. Tous les trois mois elles sont remontées et nettoyées. Il faudra attendre encore 2 à 3 ans avant que se forme la perle, il y a souvent beaucoup de rejets, de greffes qui ne marchent pas, d’huitres malades. Entre 2% et 5 % des huitres greffées seront de très  jolies perles.

Il est possible de greffer 2,3 voir 4 fois une même perle et donc de la rendre de plus en plus grosse.

  


Les 6 critères de qualité des perles sont:


1. Le diamètre ou grosseur

Il se situe en Polynésie entre 9 et 14 mm.

2. La forme

Les perles rondes sont considérées comme les plus belles, viennent ensuite les perles en forme de poires, ovales, les boutons…

3. La couleur

Elle doit être franche et homogène

Parmi les perles noires, les teintes vertes et bleutées et aubergines sont les plus recherchées

4. Le lustre et l’orient

Le lustre est son intensité de brillance. L’orient est la lumière intérieure de la perle

5. La pureté de la surface

Trainées d’ombre, zone bicolore, piqure, chaque perle porte le sceau de sa naissance naturelle.

6.  L’épaisseur de nacre autour du noyau

En dessous de 0,2mm une perle est inacceptable. 0,8mm de nacre reste une perle de qualité exceptionnelle.

  

Aujourd’hui, il est difficile de faire fortune dans la perle noire, beaucoup de fermes perlières en Polynésie ont fermées à cause du manque de touristes et donc au manque d’achat de bijoux. Certaines s’en sortent bien car elles travaillent au niveau international (en export) et surtout avec le Japon.

D’autres essayent de minimiser les coups, en employant des chinois pour les greffes (cf.video) qui sont payes à la tache et greffent entre 400 et 600 huitres par jour. Aussi leurs bijoux sont fabriqués en Chine et revendus 20 à 30 fois plus cher sur place en Polynésie.

Dans la ferme de Ta’haa il fallait compter au minimum 50 euros pour une perle de qualité B montée sur pendentif en or plaqué. Un petit collier de perles vaut au minimum 500 euros (en fonction de la qualité des perles). Les boucles d’oreilles sont en général les plus chères car il faut trouver deux perles qui se ressemblent.


Aussi une fois les perles récoltées les nacres sont récupérées pour faire des bijoux, des boutons qui serviront à faire les nombreuses décorations des costumes du Heiva en Polynésie. Grande fête de la danse polynésienne chaque année.