Voyage Tour du Monde Loladel
Voyage_Tour_du_Monde_Profile_Equipe
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Delphine
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Profil_Laurent
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Projet_Itineraire
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Articles_Photos_Videos
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Rencontres
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Cuisine_du_Monde
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livres de Voyage
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Actions_Volontariat_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Actuels
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Prives
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Partenariat Prives
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Sites et liens amis
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_Livre d'Or
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_TransPacifique_Home
Voyage_Tour_du_Monde_Loladel_TransPacifique_Home

Pour poster un commentaire sur cet article, cliquez ici !

Retour page principale Trans-Pacifique

Chapitre 3 : Le carénage au Shelter Bay Marina

L'Expédition / Trans-Pacifique / 'Chapitre 3'

Retour haut de page

Du 20 janvier au 28 janvier 2010

La vie à terre :


Comme nous ne sommes plus sur l’eau nous avons une grande échelle pour accéder au bateau, il ne faut pas se casser la binette ! Aussi nous ne pouvons plus utiliser les toilettes et l’évier à eau de mer (car le bateau n'est plus au contact de l'eau). Par contre, le point très positif c’est que nous avons l’eau et l’électricité à volonté et ca, c’est génial !


L’ambiance à terre est bien différente que l’ambiance à quai. A terre, vers 17h il n'y a plus grand monde, les différentes entreprises qui travaillent sur les bateaux en réparation ne sont plus là. Les bateaux s’apprêtent à dormir et on les sent presque abandonnés, même notre voisin français, Jacques, qui a refait son bateau entièrement (Extrapôles) ne dort pas sur son bateau. Cet endroit est loin des flashs et lumières des quais du Shelter Bay.


  

Sortie de l'eau de Tin Hao

Erica 12 au dernier plan

Arrivés au Shelter Bay après avoir mouillé au mouillage du flat (tout près du port de Colon) nous voici dans une marina où les va et viens des bateaux sont constants. C’est aussi dans cette marina que nous allons pouvoir admirer les plus beaux bateaux du monde. Le plus beau de tous et le plus impressionnant fut certainement ERICA 12, voilier flambant neuf de 50 mètres construit en Hollande et immatriculé aux iles Cayman, pouvant avoir une dizaine de personnes à bord plus 7 membres d’équipage.


Nous arriverons assez tôt le 20 janvier pour sortir le bateau de l’eau, Jacques à la barre car les manœuvres deviennent de plus en plus difficiles, Laurent aux aussières et moi à la VHF. Il nous faudra un peu de patience avant que l’on veuille bien nous sortir de l’eau. On nous met les sangles sous le bateau et nous commençons à être soulagé de cette attente lorsque soudain tout le monde s’en va sans prévenir dans une petite camionnette blanche et oui, 11h30, l’heure de déjeuner…nous déciderons donc d’être patients et de déjeuner à notre tour.

Une fois que tout le staff revient, tout va très vite, l’énorme machine bleue soulève notre cher Tin Hao et va l’entreposer entre Supermario (voilier bleu), un yacht américain et pas très loin de Extrapôles, voilier français en réparation.


Nous attaquerons tout de suite le travail et commençons à enlever à l’éponge grattante et à la brosse l’énorme couche verte –vaseuse sur la coque. Ce fut cet après-midi là un énorme travail. La coque est bien abimée et il y a des milliers de petits coquillages collés dessus. Le lendemain, c’est la spatule qui nous attend pour enlever tous ces coquillages. Le soleil tape très fort et heureusement il faut souvent mouiller la coque pour faciliter le travail. A la fin de la journée on a le dos cassé en mille morceaux !

Après trois jours de grattage nous en sommes vite venus à mettre la couche d’antifouling bien rouge bordeaux sur l’ancienne robe bleue de Tin Hao. Les couches épaisses se succéderont, Laurent au pinceau, moi au rouleau, il faudra une demie-journée pour pouvoir terminer. Le soleil tape !


Outre le carénage j’ai aussi aidé Jacques à remettre de l’ordre dans le bateau et particulièrement la cabine latérale. Il a jeté de nombreuses choses dont il n avait plus besoin, notamment une machine à coudre inutilisable. Nous avons aussi libéré de la place sous la banquette du carré pour pouvoir mettre les conserves de fruits, pâtes, farines et riz. En effet, cette semaine au Shelter Bay fut pour nous l’occasion de faire une grande partie de l’approvisionnement pour la traverser du Pacifique. Pour cela nous avons fait une liste très précise avec le nombre de repas que nous avons jusqu’aux îles Marquises. En sachant aussi que nous pouvons nous approvisionner en frais, en eau et essence aux îles Galápagos. Ce genre d’approvisionnement peut vite devenir impressionnant notamment dans le nombre de boites de conserves, de bouteilles d’eau et de lait !


Enfin, nous nous sommes surtout préparés au passage du canal de Panama.

Remise à l’eau de Tin Hao tout propre !

  

Avec notre voisin Jacques sur la gauche, et Jacques notre capitaine sur la droite.